Notre histoire

De nobles racines

Les premières traces de la famille Roquette-Buisson remontent au Moyen-Age; quand Pierre fût nommé de Roquette car il était fort et dur comme un roc.

La branche Roquette-Buisson

Ensuite François de Roquette, seigneur de Magrens, né en 1601, reçu chevalier de Malte en 1618, servit aux armées. Il prit part au siège de Saint-Jean d'Angély, y fut blessé, se retira du service, ce qui lui donna l'opportunité d'épouser en 1623, Jeanne de Buisson, la sœur de Pierre de Buisson, seigneur de Cailhavel qui à perdu ces deux fils en bas âge. Ce dernier n'ayant plus de descendance légat son héritage à François de Roquette à condition que François se nomme de Roquette-Buisson pour que sont nom ne parte pas avec lui.      

BordeneuveLa génèse

L'Histoire à voulu que Louis-Charles de Roquette-Buisson hérite de la Ferme de Bordeneuve, qui était une porcherie de plus de 1500 porcs.

Il y fût agriculteur et éleveur pendant quelques années, ce qui a approfondi sa connaissance du Lauragais et de sa gastronomie.

Mais cette situation ne lui convenait pas; un jour en se rendant compte que tous le savoir culinaire et gastronomique des Grandes Mères et Paysans du Lauragais allait disparaître avec eux, il fit le tour des meilleurs tables du pays pour apprendre leurs recettes et pouvoir transmettre ce patrimoine aux futures générations

L'embarillage:  

A la base la conserverie n'était qu'un petit atelier de découpage, qui s'occupait juste de la découpe de certains producteurs de 1985 à 1989. Cet atelier à permis à Louis-Charles de rencontrer les éléments incontournables pour pouvoir avoir une matière première irréprochable; ce qui lui à permis de monter sa propre  conserverie en 1989 et de pouvoir appliquer les recettes qu'on lui avait transmis. Il fit donc construire une conserverie sur la Ferme de Bordeneuve et employa une de ces fameuses Grand-mères: Mme Sicard, qui dirigeait sa cuisine d'une main de fer, ce qui à permis avec l'aide du chef Gilles Goujon (qui est aujourd'hui triple étoilé) de mettre au point les recettes finales qui conviendraient à la conserve.

Un tournant dramatique:

Jusqu'en 2008 l'entreprise s'est développée normalement, elle a acquis une notoriété régionale notamment avec l'ouverture d'un second point de vente au Marché des Carmes à Toulouse. Mais un après midi de fin Mai Louis-Charles nous quittât prématurément à l'âge de soixante ans, ce qui remis en cause toute l'entreprise.

Mais Grâce à la force et à la volonté de Caroline (sa femme) qui à mis sa carrière d'artiste de côté pour pouvoir subvenir aux besoins de la famille, et maintenir l'entreprise à flot.  Baron de Roquette-Buisson à su surmonter la crise et d'autres nombreux obstacles, comme l'incendie qui ravagea la conserverie de Bordeneuve et ce qui a conduit l'entreprise à implantée sa production sur la zone de la pomme à Revel.

Un horizon prometteur:

Cette nouvelle conserverie nous à permis de renaitre de nos cendres, et d'avoir un outil de production beaucoup plus performant qui répond parfaitement aux normes d'hygiènes qui sont de plus en plus dures.

Cette année de la chaire fraiche est rentrée dans l'entreprise, James de Roquette-Buisson (la deuxième génération) ayant fini ces obligations scolaires et ayant l'opportunité de se faite aider par des coachs ;via l'incubateur de l'école supérieure de commerce de Toulouse: TBSeeds, a pu rentrer dans l'affaire familiale dans l'optique d'une reprise. Pour le moment il s'occupe de la partie visible de l'iceberg: la communication et la commercialisation. 

Horizon prometteur de baron de roquette